L'ACCENT ???

 

 

Soyons réalistes malgré les efforts pathétiques et un peu ridicules de gentils rêveurs, le Provençal n’est plus une langue parlée : pour 99,9 % au moins de la population, en Provence historique, ce n’est plus une langue maternelle, à la différence du Corse, du Breton, du Basque ou du dialecte Alsacien.

Mistral l’a fixé, l’a sauvé, on l’enseigne en fac, on le parle en trébuchant dans quelques émissions régionalistes de Fr3, un peu mieux dans les cercles du Félibrige, mais ce n’est plus une langue vernaculaire. Au mieux c’est la langue d’une élite nombriliste.

Car enfin qui, mais qui, parmi les tenants les plus ardents de la « Lengo nostro » pense ou rêve en Provençal ?

En réalité c’est une langue morte… que je ne parle d’ailleurs pas et je le regrette infiniment… Oh oui que j’aimerais me tromper !

C’est une langue morte à laquelle on doit un respect infini, que l’on doit continuer à enseigner ; c’est une langue sonore, belle à tomber à genoux mais il serait aussi absurde de vouloir réintroduire le Provençal dans le parler quotidien, que de vouloir y réintroduire le Latin.

 

Alors il nous reste l’Accent pour lequel on peut encore, peut être, faire quelque chose…

Car si on ne fait rien, il mourra l’accent, étouffé par le parler Parisien, l’uniformisation de ton imposé par les medias, les infos télévisées.

Il mourra, étouffé chez nos jeunes aussi, par un autre accent celui, rageur, des banlieues délaissées où vivent les déracinés.

Il mourra parce que nous avons peur de le laisser vivre dans le flot de nos paroles, il mourra parce que nous le trahissons : combien de fois ne m’est il pas arrivé, pour être pris au sérieux lors d’interventions professionnelles, de maîtriser des finales un peu trop sonores … phonétiquement incorrectes au nord de Montélimar…

Il mourra parce que nous n’osons pas lui lâcher la bride: et pourtant s’il est une identité Provençale et plus largement Occitane, l’accent en est une pièce majeure, bien vivante encore. L’accent est l’âme, le souffle de notre culture, comme la langue en serait le corps si elle était encore vivante. Alors essayons de sauver notre âme, si nous ne pouvons plus rien faire pour le corps, sinon l’embaumer avec une immense tendresse…

 

Si le Provençal n’est plus parlé, l’accent peut chanter encore dans le Français du XXIè siècle, qu’il habille de soleil… C’est le petit épice que nous mettons dans notre manière de nous exprimer (Sans ostentation surtout... Ah que les pagnolades ont pu faire de mal au gens du Sud ! L’Enfer est pavé de bonnes intentions…)

Laissons, laissons aller notre accent, tout simplement, laissons le couler de nos lèvres, sans forfanterie mais sans complexe, soyons nous même et il continuera à chanter…

Une de mes grandes hontes : au sud de Montélimar, on me dit que j’ai une pointe d’accent parisien ; au nord de la ligne invisible qui sépare pays d’Oc et Pays d’Oïl, on me dit «Tu es du Midi, toi !!! ».

 

(NB : Ces propos n’engagent que moi).

 

                                                                                                                      Marscioun

Commentaires (1)

1. Julien (site web) 26/11/2010

Désolé de te contredire, moi le gentil rêveur pathétique, mais si il m'arrive de penser en provençal ;)
Parler en provençal dans la vie courante c'est plus rare parce qu'à moins de bien connaître ton interlocuteur tu ne sais en général pas s'il parle la langue ou pas. Mais quand je me parle à moi-même c'est autant en provençal qu'en français.

Quant à l'accent : il faut être réaliste, il n'est pas possible de garder durablement notre accent sans notre langue. Les provençaux ont de moins en moins l'accent.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

copie-de-lotus-bleu-banniere.jpg
Les Plantes peintures et croquis lumiere MEMORY reverie

ORIGAN 

bannie-a-m-1.jpg

Banniere oeka

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×